Au centre pénitentiaire de Beauvais

Depuis presque deux ans, Valérie et Philippe, tous deux membres des Alcooliques anonymes, interviennent au centre pénitentiaire de Beauvais. Tout ne s’est pas fait en un jour !

 

Durant une première période de six mois, nous dit Philippe, nous sommes intervenus une fois tous les quinze jours au quartier de semi-liberté,  sous la forme de séance d’information.
Nous avons été autorisés à amener une cafetière, cela permet à ceux qui n’ont pas trop envie de venir de se retrouver autour d’un café. Ce n’est pas vraiment une réunion, plutôt une discussion. Je partage mon récit de vie, dans l’alcool et dans le rétablissement. Valérie présente ensuite le mouvement des Alcooliques anonymes et son programme de rétablissement.
Le principe de vie « vingt-quatre heures à la fois » notamment, rencontre du succès auprès des détenus. Même s’ils ont du mal à admettre leur problème d’alcool, nos propos trouvent tôt ou tard un écho favorable. Les langues se délient peu à peu.

 

Et puis il y a un an, grâce à notre régularité, nous avons obtenu de la part des responsables pénitentiaires, l’autorisation d’intervenir en milieu fermé. Au début il n’y avait pas de café. C’est seulement  quelques mois plus tard que nous avons pu introduire notre précieux thermos ainsi que des bonbons. Autour d’un café les partages d’expériences peuvent souvent démarrer de manière plus détendue.

La question qui revient souvent est : « comment vais-je faire pour ne pas boire à ma sortie ? ».
Nous nous efforçons de les rassurer en leur expliquant qu’à la sortie de prison il est important de fréquenter un groupe d’anciens buveurs. Un peu perplexes, ils écoutent quand même notre expérience de vie.

 

Nous ne savons pas si depuis ces deux ans des détenus ont « accroché ». Mais ce que nous savons c’est que nous ne perdons pas notre temps en semant les graines d’amitié fraternelle des AA, en leur disant que c’est une solution pour sortir de l’isolement de l’alcoolisme.

@Photo site justice.gouv.fr

X
- Entrez votre position -
- or -