Transmettre en milieu hospitalier pour se rétablir

Le but premier des Alcooliques anonymes est d’apprendre à vivre heureux sans alcool. Parmi les nombreux outils de rétablissement proposés aux membres AA, il en est un qui est en première ligne.

Cet outil thérapeutique c’est de transmettre notre message d’espoir à d’autres alcooliques. Pour nous, l’anonymat est une valeur importante mais « anonyme » ne veut surtout pas dire « invisible ». Notre rétablissement se base sur un programme en douze étapes qui invite à l’introspection tout autant qu’à agir. Parmi ces actions, il y a nos interventions en milieu hospitalier. Transmettre, partager notre message d’espoir, cela nous pousse à aller vers les autres, à surmonter, à comprendre et à soigner nos peurs.

Nous partageons avec d’autres cette méthode que nous essayons de mettre en pratique pour vivre heureux sans alcool, la « récompense » (que nous avons appris à ne pas attendre) étant bien entendu de voir régulièrement d’autres alcooliques nous rejoindre et trouver une nouvelle vie. Pour nous, vivre sans alcool c’est avant tout apprendre à vivre librement, à redevenir des citoyens à part entière de ce monde.

 

A ce jour en Midi-Pyrénées, nous intervenons dans six cliniques, une fois par mois, toujours le même jour et au même créneau horaire, nous nommons cela des antennes. Pendant environ 1h30 que durent ces interventions, nous présentons le fonctionnement de notre association, nous témoignons de nos parcours et de la façon que nous avons de nous rétablir. Ce sont de merveilleux moments de partage pendant lesquels une vraie confiance s’installe.

Notre méthode, c’est une méthode parmi d’autres, ce n’est pas la panacée et nous insistons bien sur ce point. C’est une façon de se rétablir qui a permis et continue de permettre à des millions d’alcooliques à travers le monde de vivre debout et heureux sans alcool, c’est ce simple message que nous tentons de faire passer durant ces interventions, sans jamais tenter de convaincre qui que ce soit, à chacun de se faire sa propre idée et d’aller vers la solution qui lui convient.

Au fil du temps, une belle complicité s’est établie entre le personnel soignant et nos membres, c’est très agréable car cela prouve que nous pouvons être complémentaires et cette complémentarité ce sont les patients qui en bénéficient en premier lieu.

Photo Clinique du château de Seysses tous droits réservés

X
- Entrez votre position -
- or -