Les Alcooliques anonymes en Normandie : déjà toute une histoire…

Une grande partie de notre capital vient de notre passé. Nous l’investissons aujourd’hui afin que demain, le plus grand nombre puisse en tirer bénéfice. Nous ne pouvons donner à d’autres que ce que nous avons reçu des autres : le passé ne s’imagine pas.

 

Le premier groupe AA normand a ouvert à Rouen en 1967, avec l’aide de membres AA venus de Paris, là où le mouvement était né quelques années plus tôt, en 1960. Ce groupe existe toujours.

Quelques années plus tard, Rouen connaît une autre première pour les AA sur le territoire français avec l’ouverture en 1971 du premier groupe AA en milieu carcéral à la maison d’arrêt Bonne Nouvelle. Ce groupe aussi existe toujours et a fait de nombreux « petits » sur toute la France.

La graine est semée et les groupes s’épanouissent petit à petit à partir de Rouen, vers Le Havre et Fécamp d’un côté et vers Dieppe de l’autre.

 

Pendant ce temps, un autre foyer de développement voit le jour à partir de Beuzeville dans l’Eure et se propage vers les villes du Calvados, puis de la Manche.

Jusqu’au dernier né des groupes bas-normands, ouvert à Mortain, pas très loin du Mont-Saint-Michel qui, comme tous les normands le savent…n’est pas breton…

Le groupe de Mortain est un groupe franco-anglais et c’est un juste retour des choses puisque ce sont sans doute les soldats améicains débarqués en « Normandy » qui ont contribué les premiers à y faire découvrir les fameux « Alcoholics anonymous » nés en 1935 Outre-Atlantique.

 

Dernier épisode en date en 2015 quand les groupes de Basse et Haute Normandie ont suivi le cours de l’histoire en fusionnant leur organisation de service AA au sein de la nouvelle région Normandie.

Et, comme pour sceller cette alliance, ont organisé conjointement une convention en septembre 2016 à Houlgate. Un nouveau rendez-vous  annuel déjà très apprécié par les AA du Nord-Ouest de la France … et de plus loin.

 

Photo : plage d’Houlgate @maamoune78
X
- Entrez votre position -
- or -