Depuis 60 ans

Notre cofondateur, Bill, n’était lui-même pas très optimiste au sujet d’une implantation de AA en France. Nos amis AA américains, Nick H., Fuller P., Bert G., Mac D. et d’autres, que nous connûmes en 1960 et à qui nous devons tant, nous rapportèrent ce propos de Bill : « Cela ne va pas être facile dans un pays où le vin n’est pas considéré comme de l’alcool ».

Propos de Manuel M, cofondateur du premier groupe AA de France à Paris, avec l’autorisation de ses héritiers

10 juin 1935

L’association Alcooliques anonymes est née aux États-Unis, en 1935, de la rencontre de William Griffith Wilson, dit Bill W et de Robert Holbrook Smith, dit Docteur Bob : deux alcooliques que les médecins considéraient alors comme étant condamnés.

Avant 1960

Des membres AA américains se réunissaient à Paris depuis 1949, mais les réunions étaient alors exclusivement anglophones.

L’histoire de la France avec les Alcooliques anonymes remonte bien avant la création du premier groupe en langue française en 1960. C’est dans notre pays que Bill W rencontra la boisson alors qu’il y était soldat pendant la première guerre mondiale.

La première trace d’AA à Paris remonte à 1947, avec la correspondance entre un membre AA en poste à l’ambassade américaine et les services généraux de New York. À partir de l’été 1949, deux membres AA américains se retrouvent chaque semaine dans un restaurant parisien.

La première réunion AA en langue anglaise se tient à Paris le 21 avril 1950, lorsque six alcooliques se réunirent à l’hôtel Bedford – 17, rue des Arcades. Les réunions hebdomadaires du lundi soir du groupe Paris-Étoile, débutèrent dans une chambre de l’hôtel Wagram.

En juin 1950 Bill et son épouse Loïs assistèrent à cette réunion.

C’est en 1960 que le premier groupe francophone s’est créé à Paris, au 65, quai d’Orsay, suite aux articles de Joseph Kessel sur les Alcooliques anonymes des États-Unis, parus dans France-Soir en juillet 1960.

Eglise américaine du 65, quai d’Orsay, Paris 7ème arrondissement

Joseph Kessel fut le premier président (non alcoolique) du conseil d’administration d’Alcooliques anonymes France.

Emission Lectures pour tous – 3mn21 – RTF – ina.fr

1960 – 1970

En 1965, cinq ans après la création du premier groupe, il n’existait que deux groupes stables à Paris et deux dans le Nord de la France relayés par quelques correspondants locaux.

En 1970, une vingtaine de groupes fonctionnait régulièrement, en région parisienne mais aussi dans le Nord, en Alsace et en Normandie.

novembre 1962

Emission CINQ COLONNES A LA UNE

Radiodiffusion télévision française

Journalistes : Igor Barrère – Pierre Dumayet

13mn06

 

A l’Eglise américaine de Paris, réunion « d’alcooliques anonymes », avec le bouleversant témoignage d’une jeune femme, mère de famille, qui raconte sa descente aux enfers et l’aide qu’elle a obtenue des AA.

20201101_les60ans_logoina

Depuis 1970

Entre 1966 et 1970, il s’ouvrit en moyenne plus de trois groupes par an, puis sept entre 1971 et 1975, dix entre 1976 et 1980 et jusqu’à vingt entre 1981 et 1985.

En 1986, on comptait 250 groupes AA en France.
Dans les dix années suivantes, le nombre annuel d’ouvertures s’est stabilisé autour d’une vingtaine par an. 480 groupes AA fonctionnaient en 1995 et 550 en 2000.

La distance entre le domicile du malade alcoolique et le groupe le plus proche ne cesse de diminuer.

Dans les très grandes villes, les alcooliques qui choisissent AA pour se rétablir peuvent s’appuyer sur plusieurs réunions par semaine. A Paris, il y en a plusieurs par jour, à différentes heures de la journée.

Des groupes Alcooliques anonymes se sont également créés en Martinique, en Guadeloupe, sur l’île de La Réunion, en Polynésie française. Des contacts AA sont également présents en Nouvelle Calédonie.

On compte actuellement 557 groupes présentiels en France métropolitaine, en Corse et en Outremer.

Témoignages de « pionniers »

Manuel, co-fondateur du premier groupe du quai d’Orsay, témoigne pour son 25ème anniversaire d’abstinence, qui marque également le 25ème anniversaire de AA en France.

Extrait – 13mn04

Marcel-Henri a participé aux réunions AA du quai d’Orsay dans les années 60. Il nous raconte la création des premiers groupes en Bretagne en 1968.

Texte dit par Laurent, groupe de Guingamp – 4mn10

Le 29 septembre 2018, François fête 60 ans d’abstinence continue

François a eu 96 ans le 3 mai 2018. Il est alcoolique. Il est venu aujourd’hui pour témoigner au groupe Alcooliques anonymes de Aigueperse de sa descente aux enfers dans l’alcool et de son rétablissement, avec l’aide des AA. Lire la suite…

2018 – 2020…

…l’histoire continue…

Alcooliques anonymes se renouvelle, s’adapte, sans se renier.

Pauline nous raconte comment les visio-réunions ont été mises en place en France

1mn59

Après sa première expérience d’une visio-réunion, un membre AA nous confie : si elles utilisent un support numérique, ces visio-réunions ne sont pas pour autant des réunions « virtuelles », mais de vraies réunions avec de vrais partages nourris de vraies émotions.

Réticent au départ, Michel nous dit que les « visio » sont devenues pour lui un accélérateur de croissance.

2mn20

Après des ennuis de santé, Guillaume poursuit son rétablissement grâce aux visio-réunions et au service au sein du comité de son groupe d’attache distanciel.

1mn58

On compte actuellement 7 groupes distanciels en France (16 visio-réunions par semaine).

 

Des groupes présentiels ont également ouvert des réunions supplémentaires en visio-conférence.

Depuis le mois de mars 2020 et les différentes phases des restrictions sanitaires, des membres AA, des groupes, ou ensemble de groupes, ont ouvert des visio-réunions en lieu et place des réunions présentielles contraintes de fermer temporairement.

Messages audio enregistrés par des membres AA dans les conditions du direct. Ne pas copier sans autorisation.

PARCOUREZ L'ESPACE CONGRES

Des membres témoignent

Lire se rétablir

Avec les professionnels

Pour les nouveaux-venus

Autres dépendances


X
- Entrez votre position -
- or -
Retour vers le haut
X