L’information aux professionnels s’adapte à la crise sanitaire

En 2019, l’UNAFOR, organisme de formation de l’UNAF (Union nationale des associations familiales) fait appel aux Alcooliques anonymes dans le cadre d’une formation en direction de tuteurs et curateurs.

Ces professionnels rencontrent régulièrement la problématique de la dépendance alcoolique parmi les populations auprès desquelles ils sont mandatés. Pendant cette formation, une journée consacrée à la thématique de l’addiction  a pour objectif de les aider à mieux comprendre et appréhender cette maladie devant laquelle ils se sentent démunis.

Les AA ont été invités à intervenir pendant cette journée pour témoigner de leur expérience. Ils ont souhaité, comme souvent, être accompagnés par les Groupes familiaux Al-Anon.

 

Alors que les dates de formation étaient arrêtées pour début 2020, la pandémie a rebattu les cartes vers une formation en ligne. Pour l’équipe AA et Al-Anon qui avait été montée, c’était une première.

Il s’est avéré que le format visioconférence ne remettait pas du tout en cause le déroulé habituel d’une telle information et s’adaptait très bien à la formule. Trois séances ont eu lieu en 2020, une autre en 2021 et d’autres sont programmées en suivant.

Comme souvent dans ce type d’information, l’assistance apprécie particulièrement nos témoignages. Cette façon d’aborder la maladie alcoolique en la racontant à travers des histoires vécues apporte un éclairage vivant, concret et humain. Les questions sont ensuite nombreuses.

 

Laissons le mot de la fin à la responsable de cette formation suite à la dernière séance :

Les témoignages à la fois clairs et authentiques ont permis aux stagiaires de changer leur regard sur la maladie alcoolique. Une participante a pu dire qu’elle avait oublié comme il y avait de la souffrance derrière la consommation tellement elle avait construit des idées toutes faites et souvent négatives. Un autre a évoqué avec douleur ce que pouvaient subir les proches d’une personne malade. 

Certains ont dit qu’ils allaient modifier leur façon de travailler avec  les personnes protégées présentant une maladie alcoolique, en étant plus à leur écoute, et surtout en respectant le vécu de la personne plutôt que de vouloir la changer ou la voir autrement. 

Ils ont également pris conscience de l’importance d’orienter, de proposer autant que possible des lieux d’accueil et d’écoute. 

 

De la documentation AA et Al-Anon a été envoyée aux participants après la séance pour qu’ils puissent la transmettre aux personnes concernées.


X
- Entrez votre position -
- or -
Retour vers le haut
X