Rencontre avec des professionnels des Côtes d’Amor

En mai 2017, à Bégard, une soixantaine de professionnels de santé (médecins, infirmiers psychiatriques, psychologues…) et une trentaine de membres d’associations d’entraide, dont les Alcooliques anonymes (groupes de Dinard et de Guingamp), se sont rencontrés pour échanger sur l’évolution des mouvements d’entraide face aux nouveaux profils des consommateurs.

Plutôt que des réponses définitives, les échanges respectueux des différences ont permis d’exprimer des questions ouvertes : les façons de consommer (des jeunes notamment) sont-elles fondamentalement différentes des pratiques plus anciennes ? ; quelle peut être la place d’un mouvement d’entraide dans une politique de prévention ? ; l’’accompagnement social d’un public de plus en plus précarisé fait-il partie des missions de l’entraide ? ; quelle mutualisation des différents mouvements d’entraide (au sein des nouvelles « maisons des usagers ») ? ; les dépendances multiples (drogues, médicaments, jeux compulsifs…) compliquent-elles les actions de mouvements traditionnellement concentrés sur l’alcoolisme ?

Au-delà de ces questionnements, des propos encourageants :

« L’approche des associations d’entraide a fortement aidé le milieu soignant à quitter le discours moralisateur et autoritaire pour avoir une attitude d’écoute au malade, à ses besoins tels qu’il les exprime. »

« Il est important de faire partie d’un réseau pour faire jouer la complémentarité de l’aide souhaitée par le malade alcoolique : aide sociale, aide médicale, aide associative »

La journée s’est poursuivie par des communications en séance plénière. Les membres des Alcooliques anonymes présents ont pu témoigner de leurs interventions auprès des patients de la clinique d’alcoologie de Bégard et répondre à quelques questions exprimées par les participants sur le sens de notre anonymat, sur l’utilité d’une certaine assiduité aux réunions, sur l’importance de se présenter comme alcooliques abstinents devant les patients, sur la démarche suggérée par les douze étapes du rétablissement et enfin sur notre accueil des alcooliques soumis à d’autres dépendances.

Ce fut une journée riche de part et d’autre, invitant à une meilleure compréhension mutuelle, ce qui favorise nos liens de collaboration.

Illustration : clinique d’addictologie de Bégard @Laurent
X
- Entrez votre position -
- or -